Déchetterie de Tallard-Barcillonnette

Déchetterie des Pilles – Nouveaux horaires à partir de 15 novembre 2015

Horaires hiver / Horaires été
Lundi, Mercredi, Vendredi, Samedi :
9h-12h / 14h-18h (*)
Mardi, jeudi :
14h-18h (*)
(*) Attention : Fermeture à 17h du 15 novembre au 15 mars !
Fermé dimanche et jours fériés.

INFOS :
ACCESSIBILITÉ
La déchetterie est accessible aux habitants et entreprises, pour les déchets ménagers uniquement :
* des 12 communes de la CCTB
* de la commune de Curbans par convention de la municipalité avec la CCTB.
L’accès à la déchetterie est limité aux véhicules dont le poids total en charge est inférieur à 3,5 tonnes.

La Communauté de Communes va mettre en place à la déchetterie un dispositif d’accès payant pour les Professionnels de son territoire.
Par dérogation ces derniers étaient jusqu’alors exonérés de toute contribution, cas devenu très rare dans la gestion des déchetteries, mais la baisse très importante des ressources financières de la CCTB depuis 2014 ne permet plus de poursuivre ce mode de fonctionnement.
Déchetterie des Piles_ Communauté de Communes de Tallard - Barcillonnette.htmlConcrêtement :
* POUR LES PROFESSIONNELS DU TERRITOIRE DE TALLARD-BARCILLONNETTE
(Véhicules limités à 3,5 tonnes) :
– ceux-ci devront obtenir auprès de la CCTB un accord d’accès à la déchetterie et un badge à code-barre personnel.
– Un système automatique installé à la déchetterie permettra de scanner les badges et enregistrera les passages de chaque professionnel. Chaque passage sera facturé 20 €. La facturation sera adressée 3 à 4 fois par an aux professionnels.
– En cas d’apport constitué uniquement de cartons, la redevance ne sera pas appliquée. Par contre, cette exonération ne s’appliquera pas si l’apport est constitué de cartons et de déchets divers.

* POUR LES PROFESSIONNELS EXTÉRIEURS AU TERRITOIRE DE TALLARD-BARCILLONNETTE  :
– Accès interdit à la déchetterie.

Action municipale

Nous avons voulu agir rapidement, mais la décision avait été largement mûrie : la commune a décidé de préempter la bergerie qui se situe sous le parking du village. Nous étions à la recherche de toitures adaptées pour initier l’implantation de panneaux photovoltaïques, l’hypothèse d’installation d’une activité agricole, assortie d’un atelier de transformation, prenait progressivement forme. Nous avions déjà sollicité des aides par le biais du Contrat Régional d’Équilibre Territorial (CRET). Nous savons qu’en l’absence de dynamique nouvelle et de projet structurant les petites communes comme la nôtre risquent de perdre toute autonomie et toute capacité d’initiative. Nous avions anticipé une telle action en prenant, au mois de juin, une délibération instituant le droit de préemption sur les propriétés bâties de la commune. L’exercice de ce droit était d’emblée justifié par le double motif qu’on retrouve aujourd’hui (production d’énergie et activité économique). Aussi, quand nous avons reçu le document annonçant que ce bâtiment avait potentiellement trouvé acquéreur à un prix qui nous semblait accessible (140 000 €), nous avons précisément étudié la question, sollicité les avis nécessaires et pris la décision dans un conseil municipal réuni en urgence le 10 juillet 2015. La décision a donc été prise. Elle se traduit par un arrêté, affiché en mairie (Arrété DPU bergerie). De ce fait, si aucun obstacle ne vient s’interposer, la transaction n’accusera aucun retard. Nous travaillons donc, dès à présent, à la concrétisation des projets que cette acquisition va permettre de faire vivre.

Les Jeunes…

Nous vous informions, dans un précédent numéro de Barci Info, de la création d’une association des jeunes du village. Nommée, selon leur souhait, Maison de la Jeunesse de Barci (MJB), elle se fixait comme objectifs la réalisation d’équipements collectifs, à destination de ceux qui ont passé l’âge limite et regrettent de ne plus le avoir le droit de jouer sur les installations du jardin public. Après que, raisonnablement, l’hypothèse de la construction d’une piscine olympique a été écartée, est apparue l’idée, plus modeste et aussi plus adaptée, d’un aménagement pour jouer au ballon. La municipalité a saisi l’opportunité d’un subventionnement par la région, au titre du Fonds de Solidarité Locale, et un projet a été rédigé en collaboration avec la MJB. Nous sommes aujourd’hui assurés que ce fonds apportera 80 % des quelque 6500 € nécessaires à l’installation d’un module foot-hand-basket en bordure du terrain de boules. La commande est donc partie et nous espérons que la mise en place pourra se réaliser pendant l’été. Elle sera faite par les jeunes, sous la conduite de Jean-Marie. Ils auront ensuite la charge d’organiser l’inauguration officielle puis de veiller à un usage de l’équipement conforme aux objectifs affichés.

En projet…

Parmi les actions en cours, nous pensons  pouvoir faire aboutir prochainement la construction du périmètre de captage du Rif, en parallèle avec le travail réalisé à Peyssier par le SIVU. Ces programmes, longs et coûteux, en termes d’études préalables et de travaux, doivent permettre une meilleure prévention des risques de contamination de l’eau potable.

La mise en accessibilité des locaux municipaux, imposée par la loi, paraît à l’inverse marquer le pas. Les propositions qui nous ont été faites par l’intermédiaire du Centre Départemental de Gestion (CDG) sont loin de nous satisfaire. Elles intègrent des éléments architecturaux inadaptés à la configuration des lieux ou des équipements au coût prohibitif. Aussi avons-nous le sentiment de ne pas avoir suffisamment avancé sur ce dossier prioritaire et restons-nous en attente d’une véritable expertise. Le mandat donné par le conseil municipal au CDG ne produit pas les effets escomptés. Face à cette apparente impasse, l’aide complémentaire demandée auprès du  CAUE 05 (Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement) a ouvert de nouvelles perspectives et nous allons tenter d’aller dans la direction qu’il propose, en regrettant toutefois de devoir reprendre le projet à zéro. Il convient d’intégrer le fait (mais cela ne paraît pas une évidence pour tous !) qu’au regard du cadre réglementaire imposant des pentes à moins de 5 %, le village lui-même est réputé inaccessible. Dès lors, notre volonté de rendre effectivement les locaux accessibles (parce que la loi l’impose et parce que cela nous paraît une légitime exigence sociale) semble se heurter à l’obstacle de la géographie… sauf à imaginer des solutions de bon sens (que nous avons proposées mais qui n’ont pas encore été prises en considération). L’une d’entre elles consiste à permettre un accès en voiture au plus près de l’entrée des locaux.

Ordures ménagères – CCTB

L’optimisation de la tournée de collecte des ordures ménagères est rendue nécessaire du fait de l’augmentation des autres charges imputées à ce service de la CCTB. Une étude a été conduite sur l’ensemble du territoire, essentiellement à partir des observations des agents. Sur cette base, des propositions de rationalisation des points de collecte et des parcours ont été transmises aux communes qui les ont étudiées et, le cas échéant, amendées. Le projet définitif a été adopté en conseil communautaire. A Barcillonnette, les modifications suivantes sont prévues.

Compte tenu du fait que la dépose des ordures ménagères s’y effectuait essentiellement à l’occasion d’un déplacement en voiture, le point de collecte situés au Villaret est supprimé. Il en est de même pour celui qui est placé en aval des Faysses. L’ensemble des bennes sera rassemblé sur la placette proche du four. Le carrefour sera ainsi libéré et le croisement des véhicules se fera dans de meilleures conditions de sécurité. Dans cette nouvelle configuration, le chauffeur du camion ne sera plus contraint de l’engager sur la route du centre équestre et d’effectuer une manœuvre, parfois difficile en hiver, pour reprendre la tournée.

Pour le même motif, la benne du cimetière est également supprimée en tant que point de collecte des ordures ménagères. La commune installera toutefois un conteneur exclusivement destiné à recevoir les déchets végétaux et plastiques que pourront déposer les visiteurs du cimetière.

Nous espérons que l’intérêt de ces modification sera compris et restons disponibles pour en expliquer à nouveau les motifs.

Les infos sur la déchetterie des Piles…

Programme de voirie

La contribution de 12 000 €, obtenue en 2015 dans le cadre du programme départemental d’aide aux communes pour l’entretien de la voirie communale, correspond à 70 % du coût des opérations nécessaires au territoire de Barcillonnette.  Ces opérations concernent, en premier lieu, la remise en état de la voie d’accès à la station d’épuration. Le personnel de la CCTB chargé de l’entretien rencontrait des difficultés croissantes pour descendre jusqu’à la station. Des réparations plus ponctuelles des voies communales seront aussi entreprises ailleurs, notamment pour améliorer l’écoulement des eaux pluviales dans les parties hautes du village.

Tri sélectif

Tri Sélectif

La communauté de communes de Tallard-Barcillonnette nous fait parvenir des éléments de bilan annuel relatifs au tri sélectif. Merci d’y porter attention (cliquer sur l’image ci-dessous).
Le tri sélectif constitue en effet un geste qui, pour être élémentaire, est cependant porteur d’enjeux majeurs. Au-delà de son intérêt immédiat pour les finances de la collectivité, il agit directement sur la préservation de l’environnement. Il installe des comportements responsables qui modifient progressivement le rapport de chacun à celui-ci.
C’est pourquoi nous devons veiller à ne pas laisser fléchir la dynamique favorable, présente depuis l’installation du dispositif. De ce point de vue, le bilan (voir infographie) doit nous alerter.
Si la baisse du volume des emballages collectés est la conséquence d’une modification des comportements des consommateurs, devenus attentifs à cet aspect, le fléchissement est positif. Il signifie qu’il y a, au total, moins d’emballages sur le territoire et donc moins de déchets.
Si cette baisse signifie que les gestes de tri sont moins performants, il faut faire un effort pour retrouver les bons réflexes.

JP TILLY
tri

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Écobuage

RAPPEL DE LA RÉGLEMENTATION sur l’emploi du feu dans le département des Hautes- Alpes.
Arrêté préfectoral n° 2004-43-4 du 12 février 2004

Il y est entre autres précisé que l’incinération de végétaux sur pieds réalisée par des particuliers est :

  • libre en période verte du 16 septembre au 14 mars
  • déclarative en période orange du 15 mars au 15 septembre
  • interdite, quelle que soit la période, dès la mise en place d’une période rouge définie par arrêté préfectoral distinct. 

Quelle que soit la période, le feu doit être pratiqué par temps calme, caractérisé par l’absence de vent ou une vitesse inférieure à 20 km/h.

Lorsque la vitesse du vent est inférieure à 20km/h, les feuillus et les jeunes rameaux sont immobiles ou légèrement agités sans que les branches le soient.
De plus la fumée d’un feu allumé en plein air s’élève sans être rabattue.

LA DÉCLARATION EN PÉRIODE ORANGE (télécharger la déclaration)
Le propriétaire ou ayant droit doit faire une déclaration préalable en mairie, au moins 5 jours francs avant l’opération projetée et s’engager à prendre contact par téléphone avec le SDIS le matin même. 

Si l’opération est fractionnée dans le temps, la même précaution sera reprise.
Le pétitionnaire s’engage à réaliser l’opération entre le lever du soleil et 15 heures. Il veillera également à bien éteindre le feu résiduel avant son départ.

UTILITÉ

La pratique, bien qu’ancestrale, est de plus en plus contestée. A l’origine, l’écobuage était réalisé durant la période hivernale pour mettre de nouveaux espaces en culture, puisque les agriculteurs ne disposaient pas de la mécanisation actuelle.
Elle visait également à limiter les plantes ligneuses et favoriser la repousse des plantes fourragères. Cependant une Ordonnance des Eaux et Forêts de 1669 prévoyait la condamnation au fouet pour les incendiaires de landes, et les galères en cas de récidives (tout un programme !)….. 

Nous n’en sommes plus là bien sûr, mais la protection de la biodiversité repose le problème, différemment  mais avec acuité.

Il est de plus rappelé que de nombreux oiseaux nichent au sol dont l’écobuage va détruire les nichées. En particulier le merle noir qui se nourrit d’insectes, de chenilles, d’escargots, et le busard qui se délecte de petits rongeurs…