Écobuage

RAPPEL DE LA RÉGLEMENTATION sur l’emploi du feu dans le département des Hautes- Alpes.
Arrêté préfectoral n° 2004-43-4 du 12 février 2004

Il y est entre autres précisé que l’incinération de végétaux sur pieds réalisée par des particuliers est :

  • libre en période verte du 16 septembre au 14 mars
  • déclarative en période orange du 15 mars au 15 septembre
  • interdite, quelle que soit la période, dès la mise en place d’une période rouge définie par arrêté préfectoral distinct. 

Quelle que soit la période, le feu doit être pratiqué par temps calme, caractérisé par l’absence de vent ou une vitesse inférieure à 20 km/h.

Lorsque la vitesse du vent est inférieure à 20km/h, les feuillus et les jeunes rameaux sont immobiles ou légèrement agités sans que les branches le soient.
De plus la fumée d’un feu allumé en plein air s’élève sans être rabattue.

LA DÉCLARATION EN PÉRIODE ORANGE (télécharger la déclaration)
Le propriétaire ou ayant droit doit faire une déclaration préalable en mairie, au moins 5 jours francs avant l’opération projetée et s’engager à prendre contact par téléphone avec le SDIS le matin même. 

Si l’opération est fractionnée dans le temps, la même précaution sera reprise.
Le pétitionnaire s’engage à réaliser l’opération entre le lever du soleil et 15 heures. Il veillera également à bien éteindre le feu résiduel avant son départ.

UTILITÉ

La pratique, bien qu’ancestrale, est de plus en plus contestée. A l’origine, l’écobuage était réalisé durant la période hivernale pour mettre de nouveaux espaces en culture, puisque les agriculteurs ne disposaient pas de la mécanisation actuelle.
Elle visait également à limiter les plantes ligneuses et favoriser la repousse des plantes fourragères. Cependant une Ordonnance des Eaux et Forêts de 1669 prévoyait la condamnation au fouet pour les incendiaires de landes, et les galères en cas de récidives (tout un programme !)….. 

Nous n’en sommes plus là bien sûr, mais la protection de la biodiversité repose le problème, différemment  mais avec acuité.

Il est de plus rappelé que de nombreux oiseaux nichent au sol dont l’écobuage va détruire les nichées. En particulier le merle noir qui se nourrit d’insectes, de chenilles, d’escargots, et le busard qui se délecte de petits rongeurs…

 

Fin des travaux du mur

Le chantier de reprise du mur de soutènement, en bordure de la départementale à proximité de l’église, est en cours d’achèvement. Sa conception dite « en fusible »empêchera qu’un éventuel nouveau choc entraîne la dégradation complète de l’ouvrage. L’utilisation des pierres de l’ancien four démoli en cours de chantier a permis une restauration particulièrement esthétique.

Nous avons été contraints de procéder à la démolition de l’ancien four du village. Il était fortement dégradé. Ébranlé par un choc, sa structure était devenu instable, atteinte par des infiltrations la charpente était très affaiblie. Les briques se délitaient autour de la bouche du four, même si la voûte paraissait encore correcte. Une restauration complète aurait été nécessaire. Elle aurait été très onéreuse et la situation de l’édifice, en bordure de route, dans un virage et sans espace de dégagement à proximité ne permettait pas d’un usage à destination de la population du village.Le risque lié à son fonctionnement en outre oublié de longue date, ne permettait pas d’envisager les dépenses.
Nous avons donc dû nous résoudre à sa démolition.
Un panneau  d’information sera implanté sur cet espace. Il empêchera l’utilisation du recoin en tant place de parking, l’absence de visibilité rendant les manœuvres dangereuses.