Ordures ménagères – CCTB

L’optimisation de la tournée de collecte des ordures ménagères est rendue nécessaire du fait de l’augmentation des autres charges imputées à ce service de la CCTB. Une étude a été conduite sur l’ensemble du territoire, essentiellement à partir des observations des agents. Sur cette base, des propositions de rationalisation des points de collecte et des parcours ont été transmises aux communes qui les ont étudiées et, le cas échéant, amendées. Le projet définitif a été adopté en conseil communautaire. A Barcillonnette, les modifications suivantes sont prévues.

Compte tenu du fait que la dépose des ordures ménagères s’y effectuait essentiellement à l’occasion d’un déplacement en voiture, le point de collecte situés au Villaret est supprimé. Il en est de même pour celui qui est placé en aval des Faysses. L’ensemble des bennes sera rassemblé sur la placette proche du four. Le carrefour sera ainsi libéré et le croisement des véhicules se fera dans de meilleures conditions de sécurité. Dans cette nouvelle configuration, le chauffeur du camion ne sera plus contraint de l’engager sur la route du centre équestre et d’effectuer une manœuvre, parfois difficile en hiver, pour reprendre la tournée.

Pour le même motif, la benne du cimetière est également supprimée en tant que point de collecte des ordures ménagères. La commune installera toutefois un conteneur exclusivement destiné à recevoir les déchets végétaux et plastiques que pourront déposer les visiteurs du cimetière.

Nous espérons que l’intérêt de ces modification sera compris et restons disponibles pour en expliquer à nouveau les motifs.

Les infos sur la déchetterie des Piles…

Programme de voirie

La contribution de 12 000 €, obtenue en 2015 dans le cadre du programme départemental d’aide aux communes pour l’entretien de la voirie communale, correspond à 70 % du coût des opérations nécessaires au territoire de Barcillonnette.  Ces opérations concernent, en premier lieu, la remise en état de la voie d’accès à la station d’épuration. Le personnel de la CCTB chargé de l’entretien rencontrait des difficultés croissantes pour descendre jusqu’à la station. Des réparations plus ponctuelles des voies communales seront aussi entreprises ailleurs, notamment pour améliorer l’écoulement des eaux pluviales dans les parties hautes du village.

Tri sélectif

Tri Sélectif

La communauté de communes de Tallard-Barcillonnette nous fait parvenir des éléments de bilan annuel relatifs au tri sélectif. Merci d’y porter attention (cliquer sur l’image ci-dessous).
Le tri sélectif constitue en effet un geste qui, pour être élémentaire, est cependant porteur d’enjeux majeurs. Au-delà de son intérêt immédiat pour les finances de la collectivité, il agit directement sur la préservation de l’environnement. Il installe des comportements responsables qui modifient progressivement le rapport de chacun à celui-ci.
C’est pourquoi nous devons veiller à ne pas laisser fléchir la dynamique favorable, présente depuis l’installation du dispositif. De ce point de vue, le bilan (voir infographie) doit nous alerter.
Si la baisse du volume des emballages collectés est la conséquence d’une modification des comportements des consommateurs, devenus attentifs à cet aspect, le fléchissement est positif. Il signifie qu’il y a, au total, moins d’emballages sur le territoire et donc moins de déchets.
Si cette baisse signifie que les gestes de tri sont moins performants, il faut faire un effort pour retrouver les bons réflexes.

JP TILLY
tri

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Écobuage

RAPPEL DE LA RÉGLEMENTATION sur l’emploi du feu dans le département des Hautes- Alpes.
Arrêté préfectoral n° 2004-43-4 du 12 février 2004

Il y est entre autres précisé que l’incinération de végétaux sur pieds réalisée par des particuliers est :

  • libre en période verte du 16 septembre au 14 mars
  • déclarative en période orange du 15 mars au 15 septembre
  • interdite, quelle que soit la période, dès la mise en place d’une période rouge définie par arrêté préfectoral distinct. 

Quelle que soit la période, le feu doit être pratiqué par temps calme, caractérisé par l’absence de vent ou une vitesse inférieure à 20 km/h.

Lorsque la vitesse du vent est inférieure à 20km/h, les feuillus et les jeunes rameaux sont immobiles ou légèrement agités sans que les branches le soient.
De plus la fumée d’un feu allumé en plein air s’élève sans être rabattue.

LA DÉCLARATION EN PÉRIODE ORANGE (télécharger la déclaration)
Le propriétaire ou ayant droit doit faire une déclaration préalable en mairie, au moins 5 jours francs avant l’opération projetée et s’engager à prendre contact par téléphone avec le SDIS le matin même. 

Si l’opération est fractionnée dans le temps, la même précaution sera reprise.
Le pétitionnaire s’engage à réaliser l’opération entre le lever du soleil et 15 heures. Il veillera également à bien éteindre le feu résiduel avant son départ.

UTILITÉ

La pratique, bien qu’ancestrale, est de plus en plus contestée. A l’origine, l’écobuage était réalisé durant la période hivernale pour mettre de nouveaux espaces en culture, puisque les agriculteurs ne disposaient pas de la mécanisation actuelle.
Elle visait également à limiter les plantes ligneuses et favoriser la repousse des plantes fourragères. Cependant une Ordonnance des Eaux et Forêts de 1669 prévoyait la condamnation au fouet pour les incendiaires de landes, et les galères en cas de récidives (tout un programme !)….. 

Nous n’en sommes plus là bien sûr, mais la protection de la biodiversité repose le problème, différemment  mais avec acuité.

Il est de plus rappelé que de nombreux oiseaux nichent au sol dont l’écobuage va détruire les nichées. En particulier le merle noir qui se nourrit d’insectes, de chenilles, d’escargots, et le busard qui se délecte de petits rongeurs…

 

Fin des travaux du mur

Le chantier de reprise du mur de soutènement, en bordure de la départementale à proximité de l’église, est en cours d’achèvement. Sa conception dite « en fusible »empêchera qu’un éventuel nouveau choc entraîne la dégradation complète de l’ouvrage. L’utilisation des pierres de l’ancien four démoli en cours de chantier a permis une restauration particulièrement esthétique.

Nous avons été contraints de procéder à la démolition de l’ancien four du village. Il était fortement dégradé. Ébranlé par un choc, sa structure était devenu instable, atteinte par des infiltrations la charpente était très affaiblie. Les briques se délitaient autour de la bouche du four, même si la voûte paraissait encore correcte. Une restauration complète aurait été nécessaire. Elle aurait été très onéreuse et la situation de l’édifice, en bordure de route, dans un virage et sans espace de dégagement à proximité ne permettait pas d’un usage à destination de la population du village.Le risque lié à son fonctionnement en outre oublié de longue date, ne permettait pas d’envisager les dépenses.
Nous avons donc dû nous résoudre à sa démolition.
Un panneau  d’information sera implanté sur cet espace. Il empêchera l’utilisation du recoin en tant place de parking, l’absence de visibilité rendant les manœuvres dangereuses.