Canicule

Une grande partie du territoire métropolitain connaît une vague de forte chaleur qui devrait perdurer au moins jusqu’à la fin de semaine. A cet égard plusieurs départements ont d’ores et déjà été placés en vigilance orange et celui des Hautes-Alpes ne devrait pas faire exception. En effet, des températures de 35 à 40 degrés sont annoncés à partir de demain en vallées et devraient se maintenir au moins jusqu’à vendredi. 

Dans ces conditions,  Météo-France prévoit le probable passage des Hautes-Alpes en vigilance orange soit à compter de demain 16h ou au plus tard Mercredi à la même heure.

Plan de Gestion 2019 d’une Canicule Départemental

Lancement du nouveau site oups.gouv.fr

Le nouveau site qui aide les usagers à éviter les erreurs avec l’administration.

Les administrations entendent, chaque fois que possible, prévenir les erreurs, dans une logique de pédagogie, de transparence et d’accompagnement constant des particuliers comme des entreprises dans leurs démarches vis-à-vis de l’administration.

C’est dans cette perspective qu’a été créé le site oups.gouv.fr.

Ce site pédagogique a vocation à recenser et faire connaitre les principales erreurs actuellement commises par les particuliers et les professionnels dans leurs démarches administratives. Construit par évènement de vie (pour les professionnels : paiement des cotisations sociales, obligations douanières et fiscales…), il permet à l’usager de trouver facilement des informations simples et accessibles pour éviter les erreurs vis-à-vis des administrations et opérateurs de service public.

Le site comprend notamment les principales erreurs décelées dans les déclarations transmises aux Urssaf et CGSS.

En savoir plus : oups.gouv.fr

Et si vous  faites une erreur ?

Dans le cadre la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (Essoc), l’Urssaf met en place plusieurs mesures afin d’instaurer une relation de confiance, accompagner et conseiller les entreprises : droit à l’erreur, médiation, contrôle à la demande …

Pour en savoir plus : Urssaf.fr

Coupure ENEDIS


Coupure d’électricité le mercredi 29 mai 2019
de 9h30 à 12h00

Quartiers 

  • Le Village
  • Pré Roustagny
  • Pré Routanier

Le rallye « Tour des Alpes »

Jean-Pierre Tilly, le maire de Barcillonnette et son Conseil Municipal, ont rejeté la demande des organisateurs du rallye Tour des Alpes, qui aura lieu les 27 et 28 juin dans les Hautes-Alpes. Ces derniers voulaient que les routes de la commune soient fermées pour que les participants de ce rallye, qui regroupe selon eux « plus de CSP+++ qu’aucun autre », puissent s’affronter dans une épreuve spéciale, comme celles du Monte-Carlo.

Interview du Dauphiné Libéré…

Interview du journal de midi RAM…

Le tour des Alpes… tout simplement
(extrait du dossier de presse de l’organisateur du rallye)

Elections Européènnes

ATTENTION…A la suite d’une forte affluence, certains électeurs n’ont pas pu finaliser leurs demandes en ligne d’inscription sur les listes électorales débutées le 31 mars 2019 et d’autres électeurs ont été contraints de finaliser leurs demandes dans les premières heures du 1er avril 2019 (heure de Paris).
Les électeurs n’ayant pas pu finaliser leurs démarches ont été invités par message de la DILA à les renouveler dès maintenant et d’y joindre ledit message, faisant office d’attestation. Afin que les demandes ainsi déposées soient bien prises en compte pour voter aux prochaines élections européennes du 26 mai 2019, elles doivent être réalisées d’ici le jeudi 4 avril 2019 à 18 heures (heure de Paris).

Dans le cadre de leur campagne de communication pour inciter au vote lors des prochaines élections au Parlement européen, les institutions européennes ont conçu, avec l’appui du Gouvernement et de l’Association des Maires de France, un kit de communication à destination des électeurs.

Consultez la brochure…

Inscription sur les listes électorales : un nouvel outil particulièrement utile

La direction de la modernisation et de l’action territoriale (DMAT) du ministère de l’Intérieur vient de mettre en ligne, en début de semaine, sur service-public.fr, un outil particulièrement utile, que les maires auront tout intérêt à faire connaître à leurs administrés : une télé-procédure permettant à tout électeur de savoir s’il est bien inscrit sur les listes électorales, et dans quel bureau il doit voter. Autrement dit, les électeurs qui le souhaitent n’auront plus besoin de solliciter les services de la commune pour avoir ces renseignements.

Une procédure simple
Il s’agit là d’une des premières traductions concrètes de la très importante réforme du « REU », le répertoire électoral unique – désormais il n’existe plus qu’une seule liste unique de tous les électeurs du pays, gérée par l’Insee. C’est ce qui a permis de construire ce dispositif dit « ISE », pour « interrogation de sa situation électorale ».
Concrètement, le système est très simple : une fois sur la page voulue – à l’adresse https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/services-en-ligne-et-formulaires/ISE – l’électeur doit entrer un certain nombre de renseignements (son département et sa commune, ses noms et prénoms, son sexe et sa date de naissance). S’il est inscrit, le site lui renvoie sa commune d’inscription, le numéro et l’adresse de son bureau de vote et son numéro d’ordre sur la liste de la commune. S’il ne l’est pas, il est invité à s’inscrire ou bien en s’adressant à la mairie de sa commune, ou bien en passant par la télé-procédure.
« Il est vivement conseillé de porter les renseignements tels qu’ils sont inscrits sur les actes d’état-civil », précise à Maire info Zoheir Bouaouiche, chargé de mission réforme des listes électorales à la DMAT. En fait, le programme va chercher le nom de l’électeur dans le nouveau répertoire électoral unique, lequel est « appuyé sur les actes d’état-civil ». Il est notamment conseillé de bien porter les accents ou les trémas sur les noms de famille, de donner le cas échéant les deuxièmes ou troisièmes prénoms… La date de naissance permet également d’éviter de confondre les homonymes. Le chargé de mission conseille également aux électeurs, s’ils constatent qu’ils ne sont pas inscrits, de ne pas s’en tenir à un « premier essai » avant de lancer une procédure d’inscription : il vaut mieux bien vérifier que l’on a correctement orthographié ses noms et prénoms, refaire une tentative avec ou sans deuxième prénom… Cette légère perte de temps est préférable au lancement d’une demande d’inscription… alors que l’on est déjà inscrit.

Télé-procédure d’inscription
Si l’électeur en revanche n’est réellement pas inscrit, il peut procéder directement à sa demande d’inscription sur service-public.fr. Que se passe-t-il alors ? « La Dila [direction de l’information légale et administrative, qui gère l’ensemble du site service-public.fr – ndlr] transmet cette demande et les pièces fournies à l’Insee, qui les met à disposition de la commune concernée, ou bien par le biais du portail Elire, ou bien via le logiciel de gestion de la commune. Ensuite le maire instruit la demande. S’il l’accepte, il en informe l’Insee par le même canal (Elire ou logiciel de gestion), et l’Insee met à jour le REU. » Comme le site ISE « puise » ses données en direct dans le REU, les données sont mises à jour en temps réel.
Le bénéfice est évidemment bien réel pour l’électeur, qui n’a plus besoin de contacter la mairie et a les moyens, facilement, de savoir s’il est inscrit et de ne pas le découvrir le jour du scrutin. Pour les communes, le gain est tout aussi évident – d’où l’utilité pour celles-ci de faire connaître ce service aux électeurs.

Numéro d’ordre
Nos lecteurs qui voudraient tester ce service constateront, dans bien des cas, que le numéro d’ordre qui leur est attribué est pour l’instant le « 0 ». Rien que de tout à fait normal, explique Zoheir Bouaouiche : « Nous sommes dans une année de refonte des listes. La plupart des communes attendent donc la fin de la période d’inscription pour les listes européennes pour renuméroter leur liste en fonction des arrivées et des départs ». Pour celles qui ont déjà fait la refonte, les éventuels nouveaux inscrits, quel que soit leur nom et bien que la liste soit alphabétique, apparaîtront « en fond de liste ».
Rappelons que pour cette année, la clôture de la période d’inscription permettant de voter aux élections européennes interviendra le 31 mars. Pour les années suivantes, elle interviendra « le 6e vendredi avant le scrutin ». Mais cela ne signifie nullement qu’au-delà de cette date, les électeurs ne pourront plus s’inscrire. L’un des principaux acquis de la réforme du REU est la possibilité, précisément, de s’inscrire toute l’année. Simplement, à l’occasion de chaque scrutin, l’Insee prend « une photographie » à une date définie de l’état de la liste électorale, et définit ainsi ceux qui pourront participer au scrutin. En d’autres termes, une personne qui constaterait le 1er avril, au lendemain de la date butoir, qu’elle n’est pas inscrite, ne pourra pas voter aux européennes du 26 mai, mais pourra parfaitement, en revanche, s’inscrire dans la perspective des prochains scrutins – par exemple les élections municipales de l’année prochaine.

Franck Lemarc – extrait du site AMF